Projet Walphy 2013

Walphy : un projet pilote de restauration des cours d’eau

Le projet Walphy se focalise principalement sur l’amélioration de la qualité physique de cours d’eau dégradés et sur l’évaluation des effets des actions de restauration sur la qualité biologique. WALPHY réalise donc, à titre expérimental, des aménagements sur l’axe longitudinal du cours d’eau, visant notamment à rétablir la libre circulation des poissons et des sédiments mais aussi sur l’axe transversal, afin d’améliorer les échanges latéraux du cours d’eau avec sa plaine alluviale.

Une des spécificités du projet réside dans le suivi scientifique accompagnant les travaux ; ce suivi est co-financé par l’Union européenne dans le cadre de Life Environnement.

Walphy est un projet de 5 ans, commencé en janvier 2009. Trois partenaires sont responsables de mener à bien cette étude. Il s’agit de la Direction des Cours d’eau non Navigables du Service Public de Wallonie, gestionnaire des rivières de 1ère catégorie, qui finance les travaux réalisés par son district de Namur. Deux équipes universitaires réalisent les suivis scientifiques, l’une de l’Université de Liège appartenant au Laboratoire d’Hydrographie et de Géomorphologie Fluviatile ; l’autre est l’Unité de Recherche en Biologie Environnementale et Evolutive de l’Université  de Namur.

Des séquences filmées ont été tournées par le SAVE (Service audio-visuel de l’Université de Namur) pendant toute la durée du projet : chantiers de restauration, travail des scientifiques, pêches électriques… Une première présentation a eu lieu en octobre 2010 dans le cadre de l’émission Fac Télévision « Images in » (consultable sur le site Walphy www.walphy.be).

Le film comprend 4 parties. Une introduction mettra en évidence que la dynamique naturelle du cours d’eau est le moteur de sa biodiversité. C’est sur cette base que la DCE exige que les cours d’eau aient atteint un bon état écologique pour 2015. La deuxième partie du document montrera des images de travaux parfois lourds mais nécessaires au bon rétablissement de la qualité hydromorphologique de la rivière. Certains chantiers ont été suivis par des équipes de scientifiques pour analyser les impacts de ces aménagements sur la qualité physique et biologique du milieu ; c’est la troisième partie du scénario.

Enfin, il s’agit d’un projet pilote et expérimental dont les conclusions serviront à élaborer une politique de gestion et de restauration des cours d’eau à risque de ne pas atteindre le bon état écologique requit par l’Union européenne.